Publication

wine-glass-110988_640

Marisol Touraine et le vin de France, ou l’hygiénisme (in)sécuritaire

http://www.bvoltaire.fr/gabrielrobin/marisol-touraine-et-le-vin-de-france-ou-lhygienisme-insecuritaire,167456

Marisol Touraine et le vin de France, ou l’hygiénisme (in)sécuritaire

Médias et sociologues s’attardent depuis quelques années sur la notion d’« hédonisme sécuritaire » ; cette thèse prétend qu’une partie de l’électorat de droite a été acquise au progressisme sociétal et au libéralisme économique, mais n’entendrait pas renoncer à sa sécurité et à l’ordre. La campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 fut exemplaire de ce nouveau paradigme politique.

À cette conception droitière répond une conception purement sociétaliste, elle aussi inspirée des États-Unis, et dont le gouvernement se fait aujourd’hui l’écho par son ministre de la Santé, madame Marisol Touraine. Appelons cette vision du monde l’« hygiénisme (in)sécuritaire ». L’hygiénisme (in)sécuritaire consiste à toujours un peu plus infantiliser les citoyens adultes, à refuser le risque inhérent à toute existence ; le tout en niant paradoxalement les vrais dangers de sécurité car ces faits contreviennent à l’idéologie irénique de l’empire du bien universel. Plutôt que de mener la chasse aux voyous, un gouvernement d’inspiration « hygiéniste (in)sécuritaire » préférera interdire la consommation de cigarettes dans les œuvres de fiction cinématographiques au prétexte que cela pourrait entraîner des Français à fumer ou à continuer de fumer. Il s’agit du gouvernement de Big Mother.

Le dernier projet « hygiéniste (in)sécuritaire » en date concerne nos vins français. La Revue du vin de France estime que « le nouvel arsenal anti-vin préparé par le gouvernement donne le vertige ». En effet, aux yeux de Big Mother, le vin est un produit toxique et dangereux, tout doit donc être mis en place pour en limiter au maximum la consommation : hausse de la fiscalité, durcissement de la loi Évin (jusque dans la fiction ?), répression sur les réseaux sociaux… Les bouteilles de vin seront peut-être même affublées d’une étiquette d’avertissement tels de vulgaires paquets de cigarettes.

Ces gens ne reculent jamais devant une ânerie, ils se moquent totalement du fait que le vin appartient au patrimoine immatériel français et est un produit d’exportation majeur pour notre commerce. D’ailleurs, l’État devrait éduquer les Français à la consommation intelligente du vin plutôt que de dévaloriser un emblème national. Nous ne sommes plus au temps de la prohibition, l’alcoolisme est toujours un fléau majeur mais ce n’est pas le durcissement des lois anti-vin qui y changera quelque chose. Le seul résultat d’une politique aussi absurde sera une dévalorisation des vins français à l’étranger et la dénaturation profonde d’une tradition millénaire. Nos viticulteurs accomplissent avec amour un travail difficile soumis aux aléas du climat et de la concurrence, pourquoi les frapper encore un peu plus au portefeuille ? La fiscalité au degré d’alcool, calquée sur le modèle « pollueurs-payeurs » appliqué lors des marées noires, est indigne de l’histoire de notre nation.

Buvons un verre de vin par jour, c’est bon pour la santé et encore meilleur pour l’âme, n’en déplaise à Big Mother.

Gabriel Robin, Secrétaire général 


[ Si cet article vous a plu n'oubliez pas de faire un don. ]

Soyez le premier à publier un commentaire.