Publication

CLIC_INFO_03

Najat Vallaud-Belkacem obsédée par les « complots »

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale sociétaliste, n’a plus qu’un mot à la bouche : « complotisme ». Il semblerait que l’enjeu prioritaire de l’école du XXIe siècle soit de rééduquer les enfants afin qu’ils puissent « décrypter » les complots sur Internet. Elle a donc tenu à ce que deux nouveaux enseignements soient créés : l’enseignement moral et civique (reprise de feu l’Éducation Juridique et Sociale en termes plus sociétalistes) et l’éducation aux médias et à l’information.

 

Dans un discours tout à fait représentatif de l’art de la novlangue, Najat Vallaud-Belkacem déclare : « Oui, nous avons besoin de réponses fortes, cohérentes, qui puisent dans les ressources de l’École, dans celles de l’humanisme, pour donner à nos élèves les moyens de se défendre contre ces armes de désinformation massive. »

 

De quelles armes de « désinformation massive » parle donc notre ministre ? Celles utilisées par France TV Info qui se gaussait des lanceurs d’alerte qui prévenaient les Français de l’intrusion de terroristes de l’État islamique parmi les « migrants » ? Celles utilisées par ceux qui ont prouvé que, parmi les « réfugiés » syriens récemment arrivés en Allemagne, nombreux n’étaient que des réfugiés disposant de faux papiers ? Bientôt, serons-nous accusés de « complotisme » pour dénoncer l’opacité des négociations autour du traité de libre-échange euro-américain TAFTA ?

 

Najat Vallaud-Belkacem oublie de préciser que les nouveaux médias en ligne pratiquent plus volontiers la réinformation que la désinformation. Certes, il y a beaucoup de brebis galeuses qui colportent des fariboles, mais il y a aussi des médias libres et indépendants, tant des pouvoirs publics que des grandes fortunes telles celles de messieurs Drahi et Bolloré (lequel a censuré plusieurs reportages sur Canal+, comme l’indiquait récemment le très « complotiste » magazine Marianne).

 

La mission de l’école n’est pas de rééduquer les enfants aux médias. L’école doit très précisément transmettre des savoirs élémentaires qui permettront à l’élève de juger de lui-même quelles informations sont valables, ou non. La culture, et les méthodes, permettent de développer une agilité intellectuelle largement suffisante pour cela. Nul besoin de cours spécifiquement dédiés. Bien évidemment, les rumeurs les plus grotesques circulent allègrement sur Internet. Mais qui les croit ? Souvent des gens peu instruits. Et c’est bien ce que l’école doit faire : instruire. Histoire-géographie, français ou philosophie devraient suffire. Encore faudrait-il que ces matières soient correctement enseignées, ce qui n’est peut-être plus le cas aujourd’hui. En effet, les professeurs doivent remplir quantité d’autres tâches inutiles et sont tributaires de programmes de plus en plus ineptes. Un professeur de français doit enseigner le français, pas la moraline.

 

Najat Vallaud-Belkacem craindrait-elle la véritable révolution en matière d’information à laquelle nous assistons en ce moment ? La parole se libère, des faits autrefois cachés sont publiquement révélés. Sans la sphère de la réinformation, qui aurait eu connaissance des viols de masse du Nouvel An partout en Europe ? Personne. La démarche du ministre est facile à « décrypter » : assimiler toutes les informations ne rentrant pas dans les clous de la pensée unique à du « complotisme ». Najat Vallaud-Belkacem sème volontairement la confusion avec un enjeu sociétal. Ainsi, quiconque dénoncera la médiocrité de sa politique finira immanquablement taxé de « complotisme ».

 

Habile manœuvre politicienne qui ne doit rien à un complot et tout aux méthodes habituelles du Parti socialiste…

 

Gabriel Robin – Secrétaire général

 

Lien : http://www.bvoltaire.fr/gabrielrobin/najat-vallaud-belkacem-malade-du-complot,245527


[ Si cet article vous a plu n'oubliez pas de faire un don. ]

Soyez le premier à publier un commentaire.