Publication

verdun

Le centenaire de Verdun humilié par la présence du rappeur Black M

Le rappeur Black M, ancien membre du groupe Sexion d’Assaut, donnera un grand concert gratuit pour la journée de commémoration du centenaire de la Bataille de Verdun (Meuse). Une décision qui émane directement de l’Elysée, qui souhaitait présenter un « artiste populaire » (sic), lequel s’est fait remarquer en qualifiant la France de « pays de koufars ». Rappelons préliminairement que Pierre-Yves Bocquet, « plume » du président, est connu pour ses ouvrages consacrés au « gangsta rap » américain, signés sous le pseudonyme de Pierre Evil (voir lien).

 

Ce choix anachronique ne devrait pas nous étonner, tant le gouvernement paraît tout essayer pour travestir l’histoire de France, sous les traits grossiers d’un multiculturalisme festif érigé au rang d’idéal progressiste d’un monde en ruine. Les équipes de l’Elysée ont, sciemment, cherché à déstabiliser l’opinion, en programmant un artiste qui n’a théoriquement rien à faire aux commémorations du centenaire de Verdun. Immanquablement, les protestataires seront assimilés à des « réactionnaires », dans le meilleur des cas.

 

Le problème posé par ce choix n’est pas l’« artiste » en question, quantité négligeable , mais bien la volonté farouche de l’exécutif de dépouiller notre histoire de tout caractère solennel. Des millions (dont 1,4 millions de soldats au combat) de Français sont morts durant la Première Guerre mondiale. Notre pays ne s’en est d’ailleurs jamais vraiment remis. Cet anniversaire est celui d’un deuil, pas d’une fête infra-culturelle « pourtoussiste ».

 

Le chant des poilus résonne encore dans les cœurs de de leurs descendants, lesquels ont leurs noms gravés en lettres de sang sur les monuments aux morts de nos villes et de nos villages. C’est celui de « Verdun ! On ne passe pas », pas celui de Black M :

 

« Et Verdun, la victorieuse,


Pousse un cri que portent là-bas


Les échos des bords de la Meuse,


Halte là ! on ne passe pas…


Plus de morgue, plus d’arrogance,


Fuyez barbares et laquais,


C’est ici la porte de France,


Et vous ne passerez jamais. »

 

Les enfants de France sont-ils morts pour voir leur patrie terrassée par un mémoricide, envahie avec la bénédiction de nos gouvernants, associés à l’Allemagne jadis combattue ? Voilà une question que ne se posent pas nos dirigeants.

 

Gabriel Robin – Secrétaire Général

 

Lien sur Pierre-Yves Bocquet : http://www.bvoltaire.fr/gabrielrobin/gangsta-rap-lelysee-la-mauvaise-blague,53112


[ Si cet article vous a plu n'oubliez pas de faire un don. ]

Soyez le premier à publier un commentaire.