Publication

propagande ue 3

Propagande dans les livres pour enfants (exclusivité)

Voici comment le livre « Liberté, Egalité, Fraternité, dès la maternelle », destiné aux plus petits (3-6 ans), est présenté sur les sites de vente en ligne :

« Comment expliquer la liberté, l’égalité et la fraternité aux très jeunes enfants ? Rien de plus simple avec Agnès Rosenstiehl, qui montre aux tout-petits ce que ces valeurs républicaines impliquent dans leurs jeux et leur vie quotidienne, parce que les petits citoyens deviendront grands ! » 

L’ambition d’Agnès Rosenstiehl, certes louable, trouve ses limites dans la réalité, comme vous pourrez le constater avec ces extraits qui rappellent la pire propagande chinoise sous Mao :

propagande ue 3propagande ue 7propagande ue 6propagande ue 4propagande ue 8

 

Que trouve-t-on donc dans cet ouvrage ? D’abord une confusion évidente entre la République française et l’Union européenne. En effet, le drapeau bleu blanc rouge se trouve toujours associé au drapeau européen, ainsi que la devise de notre nation. Point de traces de la France historique dans cet ouvrage. La République y est anti Française, vidée de sa substance, n’incarnant plus qu’un néant multiculturel, sorte de Big Mother obèse qui nourrit le monde entier à sa table. Y compris, et surtout, des « migrants » fraichement débarqués.  Sous le crayon d’Agnès Rosenstiehl, des enfants du monde entier brandissent la bannière étoilée européenne. Irénique et déplacé.

 

L’auteur semble prendre les enfants pour de parfaits imbéciles à rééduquer pour les rendre « meilleurs ». Le livre est une honteuse propagande mondialiste, multiculturelle et post moderne. Les cerveaux d’enfants sont encore en formation, il faudrait donc les modeler pour qu’ils ne se reconnaissent plus d’une identité, d’une nation, d’une histoire. L’auteur enfonce le clou en présentant une toute petite fille voilée, indiquant qu’elle aussi « a le droit de penser ». Parce qu’une enfant de 6 ans, impubère, se voile toute seule sans avoir été influencée par ses parents ? Rappelons que le port du voile est interdit au sein des établissements scolaires. La dhimmitude instinctive de l’auteur est aussi inconsciente que débile. En somme, tout ce que les instances dirigeantes non élues bruxelloises affectionnent. Un discours creux que ne renieraient pas les bisounours, mais qui est, au fond, très dangereux. Ces gens cachent difficilement les velléités totalitaires d’une organisation transnationale post politique qui rate tout ce qu’elle entreprend, et, pire, entend nous offrir à toute les prédations mondiales, tant financières que migratoires.

 

Nous serons très vigilants, à l’avenir, sur les éditions jeunesse qui sont souvent l’occasion pour des idéologues de vendre le monde « tel qu’ils voudraient qu’il soit » et non tel qu’il est.

 

Gabriel Robin – Secrétaire général


[ Si cet article vous a plu n'oubliez pas de faire un don. ]

Soyez le premier à publier un commentaire.