Publication

image

Charles Aznavour, jeune artiste masculin inconnu le plus aidé financièrement en 2015

Le site Le Lanceur a publié un excellent article que nous reprenons en partie ici. Mieux qu’un long discours, Le Lanceur montre à quel point les bonnes idées finissent immanquablement par être dévoyées pour ne profiter qu’à une caste réduite et privilégiée. Dans le domaine culturel, elle porte un nom : « artistocratie ».  Ainsi, les aides versées par la Société civile des producteurs phonographiques (SCCP), initialement destinées à bénéficier à de jeunes créateurs inconnus, selon le souhait de Catherine Tasca, ancienne ministre de la Culture, profitent très largement à des artistes connus et déjà immensément riches :

 

« Tiré d’une partie des revenus censés revenir aux producteurs, ce fonds d’aide prévu par la loi a pour but de répondre à une logique autre que le seul principe de rentabilité. Seulement, la SCPP, par un mécanisme appelé “droit de tirage”, réserve la majorité de ces aides aux artistes confirmés.

Universal, le producteur de Chimène Badi, est la société la mieux dotée, avec plus de 3 millions d’euros d’aide. Devant Sony (1,5 million) et Warner (1,4 million), les autres majors. Trois sociétés qui siègent également au conseil d’administration de la SCPP et qui ont participé à la mise en place d’un système dont elles profitent largement.

Les majors se partagent les deux tiers du gâteau

Ainsi, en 2015, hormis l’album des Enfoirés, historiquement bien aidé, les aides les plus importantes étaient toutes destinées à des albums produits par les majors :

1 – Chimène Badi, Au-delà des maux (Universal) – 184 912 euros

2 – Charles Aznavour, Encores (Universal) – 166 470 euros

3 – La légende du roi Arthur (Warner) – 151 090 euros

4 – Eddy Mitchell, Quelque chose a changé (Universal) – 128 960 euros

5 – Sur la route des Enfoirés (Les Restaurants du Cœur) – 127 780 euros

6 – Johnny Hallyday, De l’amour (Warner) – 115 932 euros

7 – Zazie, Encore heureux (Universal) – 104 004 euros

8 – Christophe, Les Vestiges du chaos (Universal) – 101 028 euros

9 – Tribute to Alain Souchon (Universal) – 83 200 euros

10 – Les Innocents, Mandarine (Sony) – 82 732 euros »

 

Le Collectif Culture fera rapidement des propositions concrètes pour modifier ce système injuste, inéquitable et antisocial, conformément aux préconisations des différents rapports de la commission de contrôle des SPRD (sociétés dites de perception et de répartition des droits).

 

Le Lanceur rapporte qu’en 2007,  la commission de contrôle des SPRD déclarait que la SCPP méconnaissait « assurément l’esprit et probablement la lettre” de la loi, puisqu’elle aidait des projets pour lesquels on pouvait « considérer, indépendamment de tout jugement artistique, que le besoin de soutien financier » ne semblait « pas aller de soi », parce qu’ils concernaient « des artistes particulièrement confirmés”.

 

Gabriel Robin – Secrétaire général

 

Lien : http://www.lelanceur.fr/aznavour-mitchell-hallyday-les-jeunes-createurs-les-plus-aides-en-2015/

 

 


[ Si cet article vous a plu n'oubliez pas de faire un don. ]

Soyez le premier à publier un commentaire.