Manifeste

MANIFESTE

Collectif Création Culture et Libertés

Rassemblement Bleu Marine

_________

                                                                                                                           

1 –  Libérer les forces positives de la Culture française

Depuis trop longtemps la politique culturelle a dévoyé la culture. En effet, le gouvernement et ses prédécesseurs ont instrumentalisé la culture française  en un enjeu de civilisation visant à se soumettre à l’air du temps consumériste. Résultat ? Les politiques menées nécrosent la culture française et terrorisent les bonnes volontés : il faut les libérer !

Libérer les créateurs de la tyrannie idéologique de la « gauche » et de l’abdication de la « droite ». Libérer l’opinion et l’expression des penseurs au maximum. Libérer les territoires dématérialisés comme internet, de la surveillance d’un gouvernement paranoïaque. Libérer le public à qui l’on doit proposer une offre culturelle exhaustive et pluraliste plutôt que d’imposer la prison du tout contemporain. Libérer l’administration et les services dédiés à la culture des contraintes étouffantes du pouvoir.

 

2 –  La liberté de création
Aux pressions marchandes s’ajoutent les doctrines politiques contemporaines professées par les tenants du nouvel ordre moral. Les deux phénomènes marchent d’ailleurs de concert. Les ministres de la culture qui se sont récemment succédés ont soutenu une création politisée, et ont contribué à l’émergence d’un nouvel art officiel. Nous pensons que le rôle de l’Etat n’est pas de se substituer à la critique mais de garantir un cadre légal protecteur et sain aux acteurs du monde de la culture et au public.

                                                                                                                                   

3 –  Protéger notre patrimoine contre la spéculation financière
La libération de la vie culturelle française nous invite à protéger son écosystème.
Protéger notre patrimoine matériel de la spéculation immobilière et des appétits des collectionneurs privés étrangers. Protéger le modèle français des droits d’auteurs tout en prenant en compte les nouveaux enjeux posés par internet. Protéger nos monuments historiques des délires « cultureux » qui les dénaturent et les ridiculisent. En résumé, protéger les Français et la France de ceux qui les nient.

                                                                                                                                   

4 – La création ne doit pas être réduite à une  production commerciale
En tant que patriotes, nous estimons que la culture correspond à l’unité du sensible qu’entretient en commun une nation, par conséquent elle ne saurait se résumer aux entreprises de production de biens culturels. De la même façon, l’Etat ne doit pas être le complice des investisseurs privés du marché de l’art. Par ailleurs, nous devons enrayer la tendance lourde à la spéculation sur l’art qui a entraîné une connivence coupable ne bénéficiant pas au public. Les collectivités territoriales n’ont pas vocation à devenir des banques de l’art accumulant des œuvres coûteuses qui ne seront jamais exposées.

                                                                                                                                   

5 – Une politique culturelle n’est pas une politique de propagande
Nos dirigeants refusent obstinément de reconnaître à la France une histoire millénaire. Tels de mauvais parents, ils ont déshérité les Français. Tout ce qui est traditionnel, classique, suscite le rejet de la classe politique aux affaires. En outre, les grandes politiques culturelles publiques sont devenues les vecteurs de propagande d’un ordre nouveau relativiste fécondé par un multiculturalisme stérile. Notre civilisation est fragilisée car nous avons préféré rééduquer les citoyens faute de pouvoir encore les instruire. Réduire l’exigence nécessaire pour aborder le domaine de la culture ne l’a pas rendue accessible « à tous », mais tout au contraire à une élite de plus en plus fermée. Les clercs du monde politico-culturel se gargarisent de leurs réalisations. Nous vivons une période de déculturation qui éloigne chaque jour les Français de ce qui fait sens.

Le constat critique dressé ci-avant ne doit pas occulter les atouts dont bénéficie notre pays. Les Français sont riches d’une histoire glorieuse et d’un patrimoine que le monde entier leur envie ; mieux, ils en ont conscience. Depuis des siècles la France est la patrie des arts, notre savoir-faire est reconnu dans des domaines variés tels que le cinéma, la haute-couture ou bien encore les musiques classique et populaire. Nous le ferons mieux savoir, ici comme ailleurs. Pour ces raisons, le rythme de ce collectif battra à la mesure du désir français : conserver, entretenir, et valoriser les patrimoines nationaux, afin qu’ils puissent perdurer et s’épanouir pour l’avenir.

                                                                                                                                   

6 –  Protéger notre Patrimoine pour mieux diffuser notre Culture
Nous entendons protéger nos patrimoines; notre démarche ne consistera certainement pas à les muséifier et encore moins à transformer notre territoire en Disneyland culturel. L’arbre France montera plus haut en ayant conscience de ses racines, nous voulons donc que la vie culturelle contemporaine adopte une attitude projective et en avance sur son époque. Ainsi, la création d’un internet alternatif français est une priorité stratégique.

« Cette culture de l’éparpillement et de la conjoncture travaille à remplacer la civilisation française, à la fois dans sa singularité historique qui relie la nation dans sa profondeur à sa substance permanente, et dans son universalité spirituelle qui par le haut la relie à toutes les manifestations de l’esprit humain.»   Marc Fumaroli

                                                                                                                                   

7 –  La langue française sauvegardée dans sa précision et ses nuances est la première des libertés d’expression
Le beau, le grand, en somme le domaine cultivé, permettaient de franchir, de faire tomber, les barrières de classe ; l’inversion des valeurs les a bâties plus hautes qu’elles ne le furent jamais auparavant. La langue française doit être sauvegardée dans sa précision et ses nuances. C’est la première des libertés d’expression de notre peuple . Elle constitue le fondement de notre culture. Dans le même ordre d’idées, le remplacement d’une partie du vocabulaire français par de nombreux mots anglais est tout à fait préoccupant. Toujours moins d’aspérités pour toujours plus d’uniformisation, toujours moins de complexité pour plus de « praticité ». Surtout, moins de mystère, moins de sensible, moins de culture française.

                                                                                                                                   

8 – Exception culturelle et protectionnisme intelligent
Plus nous valoriserons la culture comme étant l’héritage indivis le plus précieux de la nation et plus la France se trouvera en capacité de retrouver sa place singulière dans le monde. Nous voulons que notre nation rayonne à nouveau, sa vocation universelle est le fruit de sa spécificité, c’est pour cette raison que nous mettrons au centre de notre réflexion l’exception culturelle française et l’identité nationale. L’exception culturelle n’est d’ailleurs que l’application au domaine de la culture du protectionnisme intelligent. Ce domaine pour l’instant protégé subit en ce moment même les attaques sournoises de la Commission Européenne qui ne perçoit l’Europe que dans le grand chaos du mondialisme uniformisant et du marché.

                                                                                                                                   

9 –  Souveraineté nationale retrouvée
Notre tâche première sera de valoriser la culture française dans le cadre de la souveraineté nationale regagnée. Gardiens et passeurs de notre identité culturelle, nous libérerons la création vivante du carcan administratif et politique qui l’étouffe, nous serons en outre les conservateurs scrupuleux des patrimoines matériels et immatériels nationaux. A la stérile opposition des contraires des sociétés multiculturelles, nous préférerons la polyphonie culturelle des diverses sensibilités françaises. Surtout, nous n’oublierons jamais qu’avant tout la culture représente l’âme d’un peuple au cœur toujours battant : le peuple de France.